Affinity Publisher first review :

—> English Version

Si vous nous suivez, vous connaissez surement les logiciels Affinity, dont nous avons parlé régulièrement. Nouveaux et sérieux concurrents des éléphants d’Adobe ou Quark, avec un modèle économique imbattable (licence définitive, peu onéreuse, et pas par abonnement…)

Nous avons découvert Affinity avec Designer tout d’abord, un bel outil de dessin vectoriel, très moderne, avec un rendu visuel de haute qualité, des couleurs denses et chatoyantes, des fonctionnalités bien pensées, pratiques… et qui sait lire et écrire du .Ai…(suivez mon regard)… Il y a aussi une version pour tablette qui est remarquable, et a gagné plusieurs prix.

Affinity Photo ensuite, outil de retouche photo qui rappelle trait pour trait son célèbre quasi-homonyme… Il ne manque quasiment rien (à part les Objets dynamiques…), donc facile à prendre en mains, et là aussi totalement compatible PSD ! Avec des outils, filtres et effets en plus, très intéressants. Disponible aussi pour iPad

Ne manquait plus qu’un logiciel sérieux de mise en page, pour obtenir la Sainte Trilogie de la PAO… Et le voilà, Affinity Publisher est enfin arrivé, après des années de développement.

Il s’agit pour le moment d’une BétaVersion, mais tout le monde peut l’installer et la tester.

Charger Affinity Publisher

Et ben franchement, bravo les gars ! Moi qui suis un formateur et utilisateur “ancestral” d’InDesign et Adobe CC, je trouve que pour une première version, c’est déjà très réussi.

D’abord on retrouve l’interface moderne, soignée et intuitive des autres outils Affinity. On retrouve aussi nos vieilles habitudes, que ce soit les raccourcis clavier de base, les espaces de travail, la logique des outils… On ne se sent pas perdu, et c’est donc très facile à prendre en mains, et de commencer à travailler.

Je vous livre les notes que j’ai prises en vrac, parmi les points positifs que j’ai tout de suite remarqués :

  • Choix du Profil icc à la création du Doc (RVB comme CMJN), intégration des profils icc installés : très pro.
  • Qualité typographique générale, et on a la plupart des outils typo professionnels
  • Travail des couleurs, Roue des couleurs, Pipette, nuancier, etc… : super ! moderne ! Comme Designer et Photo
  • L’import PSD est immédiat, et en double-cliquant sur l’image, on l’ouvre directement au sein de Publisher, comme un objet dynamique, et non seulement on a accès aux calques (qu’on peut activer et désactiver) mais surtout, on peut MODIFIER les Calques de Réglages Photoshop !!! Très fort !
  • Vitesse et fluidité d’affichage d’un PSD ! Super moteur graphique
  • Transparences, opacités dégradées, effets à tous les étages… Possibilités d’outils de modification des images avancés, directement dans Publisher !! :

  • On peut directement OUVRIR n’importe quel fichier image, il crée une page à ce format et y importe l’image !
  • 2 clics sur un .Ai importé, ça l’ouvre au sein même de Publisher, comme un objet dynamique, et on a accès à tous les objets, calques et tracés !!!

  • Recadrage d’image dans son bloc : avec l’outil recadrage… Très différent d’InD
  • Exportation en de nombreux formats, y compris SVG, et surtout en PSD  non aplati, en calques séparés (mais pixélisés)
  • Exportation PDF très complète et professionnelle
  • Repères dynamiques d’alignement, comme InD
  • Allez, pour vous éviter de chercher… :
    • Masquer fond perdu : Alt+ Shift+ /
    • Masquer les repères : Ctrl+ W
  • Etonnant mais très pratique : Le texte en excès dans un bloc dépasse et apparait, n’est pas coupé ! Un clic sur icone d’oeil et on peut le cacher. Super !
  • Très bien : en plus de poignée pour redimensionner le bloc, poignée en bas à droite pour redimensionner le tout (bloc + contenu) !
  • Un historique ! (on le demande à Adobe depuis combien de temps, pour InDesign…?) Avec un curseur permettant de “remonter dans le temps”.

  • Palette bibliothèque d’objets, garnie d’entrée de jeu de plein d’éléments graphiques, notamment de type icônes, éléments d’UI. C’est gentil…

Les points négatifs, maintenant :

  • Apparemment, pout l’instant il ne sait pas ouvrir un IDML, ni Exporter un IDML, donc impossible de reprendre un document InDesign, et de travailler avec un flux de production Adobe. Et ça, c’est un énorme point noir !
  • Mais apparemment, c’est prévu dans de prochaines évolutions, et pour moi, c’est ce qui déterminera l’avenir ou pas de ce logiciel.
  • Pas d’export HTML, ePUB, format de publication numérique… Mais je suis sûr que ça va venir.
  • Quelques manques typographiques, comme les filets de paragraphe, les arrières-fonds de texte (qu’on a dans InDesign que depuis peu…)..
  • Pas de GREP, ni de Rechercher/remplacer avancé.
  • Styles imbriqués assez basiques (à suivre…)
  • Pas mal de petits bugs et problèmes d’interface, d’UI, mais bon… ça va s’améliorer, et tout le monde peut participer sur le forum dédié. En espérant qu’ils écouteront vraiment les retours utilisateurs…

 

Même si ce n’est pas (et ne sera probablement jamais) aussi profond et ultra-poussé que l’est Adobe InDesign, Affinity Publisher est déjà un outil complet, et un premier jet réussi (beaucoup plus que les premières versions d’InDesign, pour ceux qui comme moi ont eu connu…).
Bien sur, en tant que professionnel je continuerai à utiliser la suite AdobeCC, qui reste la référence professionnelle inégalée. Mais cela va obliger Adobe à ne pas s’endormir sur ses lauriers, sous peine de voir l’élève un jour dépasser le Maître (syndrome Quark…).
Voici donc une très saine concurrence, avec des outils modernes, bien pensés, déjà assez aboutis; et, cerise sur le gâteau, tout ça très abordable, que ce soit financièrement ou en terme de prise en mains.

Absolument conseillé par ElectricNews, et trilogie à avoir en complément de celle d’Adobe.

Je dirais pour finir : ils l’ont fait !! Bravo ! Vivement la suite…

Charger Affinity Publisher