Pas qu’Uncharted 4, soit un mauvais jeu…

Au contraire, la dernière œuvre du populaire studio Naughty Dogs, (The Last Of Us, Uncharted, Jack And Daxter, Crash Bandicoot) repousse même les limites techniques de la PS4 de Sony, en proposant des graphismes et des animations tout simplement jamais vues sur consoles.

Uncharted_InGame

Mais, juste qu’il est encore une fois malheureux de constater que la presse qu’elle soit internet, ou papier, endosse un rôle de critique dans le milieu.

Et que ce milieu, suite au scandale du Doritos Gate, qui avait embrasé l’internet, suite à la divulgation d’une photo d’un journaliste bien connu, posant devant une boite de gâteaux apéro : “Doritos“, accompagné d’un pack de bouteilles de soda lors d’une présentation sponsorisée par Microsoft pour le jeu Halo 4.

Le conflit d’intérêt d’une partie de la presse jeux vidéo explose alors à la tronche du Web mondiale. Twiter et plus globalement les réseaux sociaux s’embrasent. L’affaire fait grand bruit, et les langues commencent à se délier en France.

Certains sites internet, bien connu , pour leurs connivences avec les principaux éditeurs de jeux vidéo, au vu de leurs critiques souvent classées d’assez gentilles, voient leurs noms et certaines de leurs aptitudes pointées du doigt.

Le site, Arrêt sur Image réalisera d’ailleurs une émission ou les 3 principaux sites de jeux vidéo français seront invités ( jeux video.com, Gamekult.com et Gameblog.com), ainsi que le rédacteur en chef du magazine Canard PC.

L’histoire retiendra que les éditeurs comme Sony par exemple avec Gamekult.com en 2010 insatisfait par une critique moyenne pour “Heavy Rain” (5/10) utilisèrent l’argument du BlackListage pour montrer le mécontentement de la firme envers le site en question.

Blacklistage qui consiste à se voir interdire d’accès aux Previews/Présentations de jeux. Ce qui représente forcément une part non négligeable du contenu des sites.

Doritosgate
Ou de ne pas recevoir le jeu avant la sortie, ne laissant donc que guère d’opportunité à la rédaction de rédiger son test en temps et en heure avant la sortie.

Le rapport avec Uncharted 4 alors ?

Et bien, sachez, comme vous avez pu le lire en début d’article, qu’Uncharted 4 a tout du jeu qui clos en apothéose la série initiée en 2007 sur PS3.

C’est sublime, le côté carte postale étant toujours présent. Le côté Indiana Jones/chasseur de trésors mélangé au côté cinématographique où les scènes d’actions sont tirées et directement inspirées des “Die Hard”, et des plus gros Blockbusters américains est toujours aussi présent. Néanmoins, le jeu n’est pas parfait.

4-1-1434461656

Le système de couverture, repompé de la série Gears Of Wars, a certes fait ses preuves, mais n’a pas plus évolué depuis le début, et il peut paraître assez fatigant au bout du 4e épisode de devoir se cacher derrière des murets et autres éléments du décor toutes les 3 secondes.

Le rythme du jeu, a trop vouloir faire découvrir des panoramas marque aussi le pas et n’est pas aussi entrainant qu’escompté. Le scénario, cousu de fil blanc ne nous entraine pas non plus malheureusement à la surprise générale quand le générique de fin défile devant nos yeux.

Autant d’éloges de la part de toute cette presse, qui malheureusement, et à l’image de jeux video.com,ressemble plus à une publicité pour le jeu qu’à une véritable critique digne de l’audience du premier site francophone en la matière. La machine à News et à générer du contenu autour du jeu bat son plein depuis quelque temps. Idem pour jeux-video-magazine qui a reçu le jeu en avance, et propose un partenariat ou le jeu se voit offert via un abonnement au mag, juste au-dessous de la note de 20/20 qu’à reçu ledit jeu.

uncharted-4-a-thief-s-end-tarzan-jump-next-to-a-bridge-wallpaper-5742
C’est tout de même assez troublant. Surtout quand ce magazine, coutumier du fait, nous a déjà fait le coup du combo gagnant : “sortie du test en avance +  20/20 + abonnement avec le jeu” avec Watch Dogs en 2014. Ce n’est pas catastrophique en soi quand le jeu est très bon. Mais ça l’est un peu plus quand l’expérience est moins inoubliable, comme pour Watch Dogs.

Ne nous étonnons plus de voir fleurir des 10/10 et des 19/20 pour des gros jeux dont le budget pub alloué pour les sites ou pour certains magazines représente une somme non négligeable.

C’est un peu l’école des fans, transposés à l’échelle de la critique professionnelle de Jeux vidéo.

Heureusement que des sites comme Gamekult.com ou le jeu n’a eu qu’un 8/10, sont là pour apporter une nuance, dans ce petit monde de connivences.

2 Comments

Leave a Reply

Pin It on Pinterest