pokemon_go_photo-0-0

En quelques jours, et avant être sortie officiellement en en Europe et en Asie, le jeu Pokémon GO a fait le buzz. C’est le moins qu’on puisse dire. Les réseaux sociaux sont archi blindés d’anecdotes en tout genre. Les records tombent, les chiffres sont hallucinants. La presse et pas seulement spécialisé s’empresse de participer au buzz.

Chérie c’est formidable, un Pokémon est présent sur la table d’accouchement!

bKhZiDo

Désormais ancienne, puisqu’en bon lecteur assidu d’Eletric News vous savez que la série Pokémon vient tout juste de souffler sa 20ème bougie, la série Pokémon habituée aux gros succès semble renouer avec l’ampleur commerciale et médiatique de ses débuts, ou avant même son arrivée en Europe, l’ensemble des médias parlaient de l’ampleur du Buzz au Japon.

stats

Pour rappeler à ceux et à celles qui prendraient le train en marche, Pokémon Go est une application Free2Play disponible sur Androïd et sur l’App Store ( très bientôt chez nous), qui utilise la technologie de la réalité augmentée. Ce qui permet, armer d’un GPS et d’indications, de chercher voir de chasser les fameux Pokémons qui auraient été disséminés ici et là par la firme de firme de Kyoto. On voit donc des scènes assez surréalistes , ou des dizaines de gens parcourent notamment,New York à la recherche de Pokémon pour les capturer.

Le succès est tel que la société Sensor Tower a annoncé un total de près de 10 millions de téléchargements aux États-Unis, en moins d’une semaine de disponibilité. Le taux d’utilisateurs d’Android dépasserait les 3 % et approcherait les 5% ce qui équivaut, chose considérable par exemple à des taux d’installations proches voir équivalent à des applications comme Twitter.

Même la fameuse et non moins célèbre application de rencontre comme Tinder serait battue à plat de couture.

Pokémon Go serait l’application la plus téléchargée en moins de 24 heures aux États unis. Les recettes approcheraient les 15 millions de dollars, sans être sorti en Europe et en Asie, et seulement une semaine après sa sortie.

C’est alors que les situations tantôt cocasses, tantôt gênantes arrivent. La police de Houston a déclaré à ses usagers qu’il était dérangeant de venir jouer à Pokémon Go dans son commissariat. Plus embêtant,le Musée de l’Holocauste à Washington a tenu à préciser qu’il n’était pas très pertinent de venir jouer à l’application dans son lieu. En revanche, un stade de baseball américain a ouvert ses portes un jour lambda sans match histoire que les utilisateurs profitent du gazon pour capturer les fameux précieux.

L’application va rapidement mûrir en accueillant un certain nombre de mises à jour. Les lieux vont évoluer, et le musée ne fera plus partie des lieux d’accueil. La possibilité d’échanger des Pokémons arrivera aussi avec une MAJ.

Nintendo, et la Pokémon Compagny ( développeur de l’application et des jeux ) comptent bien faire pérenniser leur poule aux œufs d’or. Habituellement, les applications mettent beaucoup plus de temps à connaître un succès semblable.

Les Candy crush et compagnie , ont attendu un long moment avant que l’argent ne coule à flots.
Mais pour Nintendo et ses Pokémon, le succès est immédiat.

Son action est passée de 14.380 yens le 6 juillet, à 27.780 yens à la clôture de la bourse de Tokyo le 15 juillet. L’action a quasiment doublé en moins d’une semaine.

pokemon-go-plus-1000x646

Une montre à la Apple Watch sera bientôt dispo, servant de GPS, et bipant quand un Pokémon se trouvera à proximité. 35 € quand même. Désormais, et comme pas mal de twittos ont dernièrement ironisé, c’est plutôt le mauvais temps qui ne donnera pas envie de sortir pour jouer à Pokémon Go.

Il pleut dehors, je ne peux pas aller jouer aux jeux vidéo.