Anne-Sarah Le meur

Au creux de l’obscur

Installation cylindrique interactive du 26 janvier au 31 mars
Le cube – centre de création numérique

20 cours Saint-Vincent
92130 Issy-les-Moulineaux
01 58 88 3000

Au creux de l’obscur retrace le travail sur 30 ans de Anne-Sarah Le Meur autour du potentiel plastique du langage informatique. Inspirée par le cinéma expérimental (Stan Brakhage), la littérature (Beckett, Poe), et des artistes comme James Turrell ou Mark Rothko, elle explore la lumière – et l’obscurité – en image de synthèse, créant des œuvres abstraites mais organiques, au lyrisme inédit.

L’exposition propose une installation cylindrique interactive dans laquelle le spectateur pénètre et où sont projetées des images, programmées pour éviter son regard ou disparaître lorsqu’il se tourne vers elles. Grâce à cette frustration intermittente, il prend conscience de la force que les images exercent sur lui et de son désir de les regarder. En ralentissant ses mouvements, le spectateur découvre qu’il peut maintenir les formes visibles et établir avec elles une chorégraphie vivante et complexe.

Anne-Sarah Le Meur

Anne-Sarah Le Meur utilise depuis une vingtaine d’années l’ordinateur et le langage informatique pour créer ses images. Les nombres, les itérations et boucles, qu’elle mélange et malaxe, modulent les formes, les couleurs, les rythmes comme elle ne pourrait sans doute pas le faire sans eux. Tout en revendiquant un héritage pictural, Anne-Sarah Le Meur cherche les limites de l’image de synthèse (l’image 3D peut-elle être plane plutôt qu’ostensiblement tridimensionnelle ? Que produit l’effet graphique du maillage filaire ?

Quelle serait l’image 3D la plus élémentaire possible techniquement ? Les phénomènes lumineux de l’espace virtuel peuvent-ils différer de ceux de notre espace concret ? … Le corps de l’artiste influence-t-il encore la création lorsque celle-ci s’enracine dans l’informatique ?). Emerge ainsi un monde imaginaire, abstrait certes, mais vivant, grouillant, étrangement organique, quasi-sensuel.

Ses images adoptent diverses formes, fixes ou animées, enregistrées ou génératives, tirages photographiques ou projetées en performance. Sa dernière réalisation, Outre-ronde, propose au spectateur d’interagir avec l’image, par le regard, dans un écran cylindrique de 3.5 mètres de diamètre.

Après avoir étudié l’image 3D artistique à l’Université Paris 8, Anne-Sarah Le Meur enseigne les pratiques numériques à l’Université Bauhaus-Weimar puis à l’Université Paris 1. Son activité de chercheuse se partage entre l’enseignement, la création et l’écriture d’articles, la participation à des colloques et à des festivals.