Du cyberespace à la cybergraphie

« Le cyberespace. Une hallucination consensuelle vécue quotidiennement en toute légalité par des dizaines de millions d’opérateurs, dans tous les pays, par des gosses auxquels on enseigne les concepts mathématiques… Représentation graphique de données extraites des mémoires de tous les ordinateurs du système humain. Une complexité impensable. Des traits de lumière disposée dans le non-espace de l’esprit, des amas et des constellations de données. Comme les lumières de ville, dans le lointain… » Neuromancien, page 64.

Du cyberespace à la cybergraphie

La cybergraphie regroupe un ensemble d’approches, de méthodes et de techniques d’enquête relatives à l’étude du cyberespace et de sa « population » (principalement les internautes).

Plus précisément, les approches cybergraphiques visent à décrire et comprendre les porosités entre les « mondes virtuels » et les « mondes réels ». Les techniques d’enquête formalisées par les chercheurs spécialisés en cybergraphie peuvent par exemple servir à étudier l’impact des formes de socialités apparues avec le développement technologique (réseaux sociaux, sites de rencontres…) sur les liens sociaux et/ou culturels établis dans des contextes d’interaction non médiatisée.

L’apparition de ce néologisme s’inscrit dans le prolongement de la formalisation d’une série de cybernotions telles que cyberculturecyberespace, cybernétique.

Dans l’usage courant, le terme est aussi parfois employé comme synonyme de webographie (ou sitographie).

LE CYBERESPACE, retour sur un imaginaire géographique

Le mot “cyberespace” est employé tant dans la culture populaire que dans la littérature universitaire plus ou moins comme équivalent d’Internet. Le mot est chargé d’un imaginaire puissant qui trouve son origine dans la science-fiction dont il est issu. On propose d’explorer cet imaginaire depuis sa formation dans la science-fiction jusqu’à la façon dont il imprègne le discours commun sur le virtuel et les réseaux. Le développement d’Internet et la prolifération des techniques numériques a souvent été observé à travers le prisme de l’imaginaire du cyberespace. En raison de la banalisation de l’informatique urbaine, cet imaginaire est aujourd’hui intimement lié à nos conceptions de la ville.

Avatar’s Riot

Que se passerait-il si nos avatars, ces pseudo-représentations visuelles de notre moi en ligne, descendaient dans la rue pour revendiquer leurs identités ? Une équipe de cybergraphes (des scientifiques étudiant l’impact du cyberespace sur le monde réel) subit un incident technique et découvre au cours de ses recherches la présence d’un avatar prenant forme sur les murs de la ville.

Celui-ci semble poursuivre un but : trouver une enveloppe physique ou matérielle afin de s’aventurer dans le monde réel et surtout s’extraire du confinement de son propre univers.

Dès lors, l’équipe prend pour objet d’étude cet être pris entre deux mondes et va suivre ses tribulations dans la ville, gageant qu’il a beaucoup à nous apprendre sur les conditions de son existence en ligne.

Avatar’s Riot est un projet participatif mené par le Labo des Usages de l’AADN au sein du quartier des Brosses à Villeurbanne.
Après plusieurs semaines passées sur le terrain, l’équipe artistique a proposé une restitution le 31 octobre 2015, emmenant ainsi le public dans une déambulation urbaine inattendue, à la poursuite d’un avatar projeté sur les murs du quartier des Brosses.

Valéry Girou

Valéry Girou

D.A. / DIGITAL / WEB / PRINT / Co-fondateur du site ELECTRICNEWS.fr / Consultant & Formateur Digital / Web / Print

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Pin It on Pinterest