La dernière console de la firme du plombier moustachu, sortie fin 2012 dans un anonymat déjà assez révélateur d’un flop en devenir, connait déjà sa dernière année de vie, et n’accueille pour ainsi dire qu’une grosse poignée de jeux/an , quand la concurrence, elle, reçoit l’intégralité du catalogue des grands studios mondialement reconnu.

Xenoblade X, suite de Xenoblade sans X, sortit sur la populaire première Wii, et qui est régulièrement considéré comme étant le meilleur “J-RPG” ( jeu de rôle japonais) de la génération précédente. Mais Nintendo n’ayant pas une confiance absolue dans le succès de son bébé n’a daigné distribuer que trop peu d’exemplaires auprès des revendeurs, préférant écouler l’intégralité de son stock de versions “collector” vendu au prix fort , ne proposant la version basique et donc moins cher , qu’une semaine après.

583526image725

Il faut avouer que l’échec de la Wii U ,console qui succéda à la Wii sans “U” donc, si vous me suivez, n’encourage pas Nintendo à l’optimisme, surtout depuis qu’on sait que sa succession est déjà dans les projets de Nintendo avec l’arrivée dès cette année de la “NX”, nom de code du prochain projet tenu encore secret par Nintendo.

Sauf que pour en revenir à nos moutons et à cette version “basique”, sachez bien qu’elle est tout simplement restée introuvable pendant des semaines , faute de stocks, et surtout d’approvisionnement volontaire de la part de Nintendo. Après avoir interrogé les principaux distributeurs de versions physiques de jeux, que ce soit les hypermarchés, ou même les magasins plus spécialistes comme “Micromania” ou même la “Fnac” , il s’avère que le jeu est resté indisponible tout le mois de janvier, alors qu’il est censé être sorti et donc rendu disponible dès le 12 décembre. À l’heure où vous lirez ces lignes, vous devriez être en mesure, avec un peu de chance, de tomber sur un exemplaire du jeu dans les bonnes crémeries de France et Navarre.

XENAKO ???

Dans les faits, il s’agit d’un jeu de rôle japonais, ou vous allez incarner un avatar qu’on vous demandera de créer au premier lancement du jeu.

L’espèce humaine ayant été obligée de quitter sa planète, non à cause des résultantes du réchauffement climatique, mais plus parce que de méchants extra terrestres ont tout simplement décidé de la détruire. Heureusement,avant la fin du monde, les terriens eurent le temps de  construire des arches pour fuir dans l’espace, et seule une pseudo-élite-d’humains-chanceux triés sur le tas eut la chance de faire partie de ces convois. Mais le répit ne durera que 2 ans, car les vilains Extra terrestres nous rattraperont , et nous obligerons à atterrir  en catastrophe sur une planète alors inconnue.

Artistiquement d’un gout assez douteux, voire assez laid , selon chacun,les personnages du jeu disposent quasiment tous d’une voix , sauf notre personnage. Assez déroutant, voir surannée , ce choix , accouplé au côté assez caricatural des dialogues, nous rappel que le public visé initialement est bel et bien le fameux Otaku japonais (même si l’arche devenue ville du jeu se nomme New Los Angeles, histoire de parler au public américain), et qu’il va donc être délicat de parler des horreurs de la guerre avec un personnage qui se contente de hocher la tête , quand on lui demande son avis, avis à incidence totalement illusoire puisqu’il ne change absolument rien à ce qui était prévu par les développeurs.

À peine sorti de la micro Zone du début, où on combat quelques animaux extra-terrestres, qui ne nous ont d’ailleurs pour la plupart rien demandé,  le jeu se présente alors comme étant un gigantesque “Open World”.
Le premier Panorama qui nous est offert est absolument magnifique. Autant le design des personnages est douteux voir raté, autant l’univers via sa faune, sa flore, et ses très grands environnements est somptueux.

Contrairement à son ainé sur Wii qui tournait en 480P, la HD fait un grand bien au moteur graphique de Xenoblade Chronicles. Et mise à part quelques rares ralentissements, le jeu reste fluide, et la distance d’affichage est assez exceptionnelle compte tenu du support, même si le framerate est bridé à 30FPS.

Un cycle jour/nuit est présent, la musique évoluant en fonction de l’horaire , histoire d’apposer un rythme et une ambiance différente.

Et il n’est pas rare de s’arrêter pour contempler un coucher de soleil perché en haut d’une colline, et partager ce moment via un screenshot qu’on peut poster sur le “Miiverse” , sorte d’équivalent à Twitter propre à la console de Nintendo.

Niveau Gameplay, le jeu se présente comme n’importe quel MMO du genre. C’est-à-dire qu’on dispose d’une vue à la 3ème personne, le zoom de la caméra pouvant être réglé à notre guise.

Une barre de “skill” est présente, un système de “lock” pour cibler l’ennemi aussi, et il suffit de les sélectionner via la croix directionnelle, et d’appuyer sur A pour les utiliser. Un peu comme on le ferait avec une souris en cliquant dessus.

Plusieurs Arbres de talents sont présents, permettant de choisir différentes voies, en fonction de quel type d’armes vous souhaitez utiliser, et de quel rôle vous souhaitez endosser.

Sac à points vie au fusil mitrailleur? Soigneur/debuffeur ?

Le choix est assez large, et pousse une fois le rang maximum atteint à changer de voie histoire de ne pas gaspiller ses points de compétences, et histoire aussi tout simplement de varier les plaisirs.

9565225iEYsrS

MEUPORG OFF LINE ?

Honnêtement, le jeu s’apparente effectivement à ce qu’on pourrait appeler un “MMO-RPG” , mais solo.
Cette présentation n’a effectivement rien de très réjouissant, dans le sens où se retrouver seul, dans un jeu qui présente toutes les caractéristiques propres au “MMO-RPG”, bien au contraire.
Contrairement aux mécaniques des MMO classiques, notre personnage n’est pas qu’un larbin, chargé d’allez sauver les chats perchés dans les arbres. ( Même si…)

Notre avatar dispose d’une équipe de 3 personnages non joueurs qui vont l’accompagner tout au long de ses quêtes.

La progression, et surtout l’exploration est encouragée et facilitée par la rapidité et la relative souplesse du personnage qu’on incarne.
Le personnage est véloce, saute comme s’il se trouvait sur la Lune, et la topographie des différentes zones prévue pour être explorée de différentes façons nous permet de nous intéresser aux différents lieux, et surtout , de ne pas rester cantonné à la première région du jeu.Il n’est d’ailleurs pas rare, de se voir octroyer des missions nous emmenant à l’autre bout d’une région qui nous ait alors totalement inconnu. Et il faudra faire preuve de malice et d’abnégation pour éviter les monstres plus forts que nous, histoire d’arriver à bon port sans encombre.

Car il est important de préciser que contrairement à la plupart des “MMO” et autres “SKYRIM” du genre, il est assez commun de croiser régulièrement des monstres ayant bien plus de niveaux que nous et ceci depuis le début, ce qui aura pour effet de nous rendre fragiles et vulnérables. Fort heureusement, tous les monstres ne sont pas agressifs, c’est-à-dire qu’ils ne vous attaqueront pas si vous passez trop près d’eux.

Wii U oblige, le Gamepad, qui est donc un mélange entre une tablette et une manette prend ici tout son sens. Puisque tout un tas d’informations va apparaître dessus, au gré de vos dialogues en ville, mais aussi de la chasse aux fameuses “sondes”,vous permettant d’engranger de l’argent via un système original de notes  en fonction de la qualité du terreau de votre sonde, ceci ayant donc une influence directe sur vos différentes rentrées en ressources. La téléportation via l’écran tactile directement sur la carte est aussi un plus non négligeable. Le Gamepad prend donc ici une utilité totalement justifiée et arrive même à se rendre indispensable, contrairement à la plupart des autres jeux où il se contente  trop souvent de streamer ce qui est déjà affiché sur votre grand écran.

Globalement la jouabilité est très bien pensée, l’ergonomie ayant été totalement adapté au support en question, Nintendo éditant le jeu, rappelons-le.

  • Les quêtes, composante devenue obligée de beaucoup de Jeu de Rôle , se présentent de trois manières:
  • Les classiques, dites “fedex” qui vous demanderont de tuer/ramasser tels monstres/denrées.
  • Les missions d’entente, qui vous demanderont de prendre différents alliés dans votre équipe pour se rendre disponible, et qui sont scénarisées.
  • Les missions liées à l’histoire principale, qui sont bien sûr scénarisés, demandant un certain % d’exploration des différentes zones du jeu, et dont on peut en voir l’issu en une quarantaine/cinquantaine d’heures.

Si vous comptez en rester à l’histoire principale , le jeu vous demandera une cinquantaine d’heures de jeu pour en voir le bout.
Si vous comptez allez plus loin, acheter les “skells” niveau 50, vous pouvez dépasser les 100 heures.
Et si vous êtes un grand malade, et que vous visez le 100% ou ce qui pourrait s’en rapprocher, alors vous pouvez facilement faire exploser le compteur, et y passer largement plus de 200 heures.

4497602802250

Xenoblade Chronicles X, est donc une sacrée surprise pour la Wii U. Exclusif à la console de Nintendo, le jeu se présente comme un MMO-OFF LINE ( les Features Online se résumant à des petits détails liés à du gameplay asynchrone).

La richesse du système de combat, la profondeur ahurissante de jeu, vous demandera de nombreuses heures  de lecture , de recherches sur internet, voire même de lire et de relire la notice du jeu ( dématérialisé) pour en comprendre et maîtriser tous les tenants. La progression qui connait 3 paliers, une quand notre personnage se déplace à pied, une seconde qui arrive environ au bout d’une trentaine d’heures de jeu et qui vous verra piloter un “Mecha” , Robot géant tout droit tiré des mangas comme “Evangelion”, “Macross”, “Goldorack” ou même d’Hollywood avec les films “Transformers”, révolutionnera votre façon de voir le monde et surtout de l’arpenter.

Jusqu’à l’amélioration des “Skells” qui leur permettra alors de voler, et découvrir alors des zones qui vous été impossible d’accès auparavant et aussi de vous frotter aux gros monstres pour la plupart pacifique qui s’étaient pour la plupart contenté de vous ignorer jusqu’alors, mais aussi de faire le tour du monde en moins de 80 jours.
Seul le Chara Design raté, l’histoire mise en retrait et l’obligation d’en passer par des heures de questionnements et de recherches sur le fonctionnement des mécaniques du jeu est susceptible de décourager les néophytes du genre, voir de repousser ceux qui ont besoin que l’histoire, les personnages et le scénario soit au coeur du jeu.

Mais pour les autres qui seraient en quête d’un Nouveau Monde à explorer, qui sont sensible à la beauté des panoramas, aux musiques épiques, et qui sont soucieux d’avoir une profondeur de jeu extraordinaire , l’expérience vaut le coup d’être vécu, surtout que sur Wii U , les perles se font rares.

Enfin, tout ceci dépendra aussi de votre faculté à vous procurer le jeu, comme expliqué au début, même s’il vous reste la boutique en ligne de Nintendo, à condition de prévoir les 15-20 gigas de données demandés à l’installation du jeu.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Pin It on Pinterest